Chûya Nakahara (中原 中也, Nakahara Chūya) est un membre de la Mafia Portuaire dans laquelle il a été le partenaire de Dazai, formant ainsi les Jumeaux de l'ombre. Il est l'un des 5 dirigeants de la Mafia Portuaire.

Biographie

Origine

L'Agence des Détectives armés vs la Mafia Portuaire

Chûya arrive après que la Mafia Portuaire est emprisonnée Osamu Dazai dans leur prison souterraine. Il se moque de Dazai, se délectant de sa capture. Toutefois, il se rendra compte que la capture de Dazai est suspecte. Ayant travaillé aux côté de Dazai par le passé, Chûya est rapidement capable d'en déduire que Dazai est là pour une raison précise, contrairement à Akutagawa. Dazai rejette les suspicions de Chûya, prétendant qu'il est en attente de son exécution. Agacé, Chûya souligne que si Dazai était vraiment négligent au point d'être battu par la Mafia, Chûya prétend qu'il l'aurait tué depuis longtemps.

Écourtant la conversation, Chûya dis qu'il est venu dans le seul but de harceler Dazai. Dans le passé, Dazai s'est mis en quatre pour déranger les alliés et les ennemis, alors maintenant c'est au tour de Chûya. Il brise les chaines de Dazai, sa force détruit presque tout le pilier qui retenait Dazai. Bien qu'il ne soit pas sûr de ce que Dazai prépare, Chûya le défie dans un combat, prêt à mettre fin à ses plans. Après que Dazai ait révélé qu'il aurait pu retirer les chaînes à tout moment, Chûya se montre plus qu'heureux de commencer le combat.

Pendant une grande partie du combat, Chûya a le dessus, disant même qu'un massage lui ferait plus mal que le coup de poing de Dazai. Il donna un coup suffisamment puissant pour Dazai soit projeter contre le mur en affaissent ce dernier, mais Dazai su parer l'attaque au bon moment pour résister au choc. Dazai rappelle la réputation de Chûya en tant qu'artiste martial le plus fort de la mafia

Cependant, ayant travaillé à ses côtés, Dazai connaît toutes les attaques de Chûya, il lui est donc facile pour lui de parer ses attaques. Agacé, Chûya se déplace trop vite pour que Dazai puisse avoir de temps de réagir. Chûya continue de le frapper et de se moquer sans lui donner le moindre repos. Enfin, il plaque Dazai contre un mur, en agrippant sa gorge. Il sort un couteau, le presse contre la gorge de Dazai et lui demande ce qu'il manigance.

Dazai révèle que la principale raison de ses actions est pour le bien d'Atsushi Nakajima. Peu impressionné, Chûya dit que Dazai est tombé bien bas depuis sa réputation du plus jeune lieutenant de l'histoire de la Mafia Portuaire, affirmant que la chance l'a délaissé. Chûya explique alors qu'il revient tout juste d'une mission de six mois à l'ouest du pays, il se sent chanceux de savoir qu'il est revenu après la capture de Dazai. Riant de lui, Dazai prévient Chûya d'une réunion entre les cinq plus importants lieutenants de la Mafia. Choqué, Chûya doute de cette affirmation, car une telle réunion n'a lieu qu'une fois en plusieurs années pour traiter d'affaires cruciales concernant la Mafia. En tant qu'exécutif, il serait au courant de la réunion. Selon Dazai, il a envoyé une lettre quelques jours auparavant indiquant que s'il mourrait, les secrets de la mafia seraient dévoilés. Comme son propre sort serait discuté lors de la réunion, si Chûya venait à le tuer maintenant, il serait considéré comme un traître et soit banni, soit mis à mort.

Chûya comprend que même s'il ignore les conséquences et tue Dazai, se dernier mourrait le sourire au lèvres. Avec un sourire, Dazai confirme ses dires, invitant Chûya à se dépêcher de le tuer. Surtout qu'il peut mourir en sachant que la mafia en aurait après Chûya à cause de lui. La moquerie de Dazai fit un déclique dans l'esprit de Chûya ; comme si, dès le début, Dazai avait l'intention de pousser Chûya à prendre la pire décision possible.

Frustré, Chûya recule. Il informe Dazai que c'est Akutagawa qui mène la poursuite d'Atsushi et lui dit où se trouvent les dossiers concernant la personne qui à mis sa tête à prix ; une salle de stockage d'archives au deuxième étage de la Mafia. Il ordonne à Dazai de hâter son enquête et de partir. Juste avant que Chûya le quitte, il déclare que leur querelle n'est pas terminée, et que c'est la seule et unique fois que Chûya a l'intention de l'épargner.

Chûya est revu avec les Lézard Noirs, Kajii et un groupe de subordonnés s'inclinant devant Mori et des rapports concernant l'assassin de La Guilde tué sur le coup. En signe de respect, il enlève son chapeau et s'incline devant Mori.

La Guilde

Cannibalisme

Apparence

Chûya est assez petit avec une petite carrure musclée. Il a les yeux gris et les cheveux orange vif qui encadrent son visage, avec une partie plus longue qui tombe sur son épaule gauche. Il porte un chapeau noir avec un bandeau rouge et une fine chaîne en argent qui pend au-dessus du bord.

Sa tenue est composés d'une chemise blanche boutonnée sous un gilet rouge foncé, un tour de cou noir, une cravate bolo à ruban noir maintenue ensemble par une petite boucle en argent, une veste courte noire aux manches retroussées jusqu'aux coudes, un pantalon noir, une ceinture noire suspendue à sa hanche droite et des chaussures noires à voûte basse. On le voit presque toujours avec des gants noirs. Chûya porte également un long manteau noir avec une doublure de couleur claire qu'il porte sur ses épaules comme une cape.

Dans l'adaptation anime de Bones, la chaîne de son chapeau et la ceinture suspendue à sa hanche droite sont absentes, et son gilet est représenté en gris. Il a également les yeux bleus.

Personnalité

Extérieurement, Chûya est un homme tempétueux et plutôt arrogant et émoussé. Il est passionné par le combat, heureux de montrer son habileté dans ce domaine et tire une grande fierté de sa réputation d'artiste martial le plus puissant de la mafia. Faire des remarques avec sa fierté est un atout, car il n’est pas prêt à ridiculiser ses adversaires au beau milieu d’un combat. Digne d'un dirigeant, il n'a aucun scrupule à éliminer les ennemis de la Mafia Portuaire par tous les moyens nécessaires, y compris le meurtre. Cependant, sa tactique n'est pas aussi meurtrière comme des membres tels que Ryûnosuke Akutagawa et les membres du Lézard Noir ont tendance à l'être.

Aussi piquant qu'il puisse paraître, Chûya n'est pas impossible à raisonner. En fait, il est plutôt raisonnable quand personne ne pousse le bouchon trop loin. Alors que ses compétences et sa présence signalent une menace inhérente, il est suffisamment fiable pour que Mori lui confie la tâche de faire face à l'Agence des Détectives armés lors du conflit à trois impliquant la Guilde. Il est vrai qu'il n'a pas hésité à riposter et à se défendre contre Akiko Yosano et Kenji Miyazawa (en fait, il prend un grand plaisir à se battre contre des gens qui se battent bien), mais dès que Yukichi Fukuzawa s'adresse à lui pour plus d'informations, Chûya se désengage de la bataille. Ici aussi, sa nature de mafioso transparaît, n'exprimant aucun remords pour le danger que la mafia a intentionnellement apportée à Naomi Tanizaki et Haruno, en les utilisant comme appât. En fait, il se montre plutôt souriant, sachant que cela énerve énormément l’Agence.

Sans pitié comme il est, Chûya prend rarement la vie des gens pour acquise, et connaît l'importance du compromis et de la rationalité. Il s'abstient de recourir à des méthodes inutilement brutales lorsque cela est nécessaire et a suffisamment de sens pour savoir quand il y en a assez. Il s’agit notamment de son conflit avec Arthur Rimbaud, l’homme qui a tenté de le tuer bien avant son arrivée à la Mafia Portuaire à l’âge de quinze ans. Chûya avait bien l'intention de le tuer, mais entendit les dernières paroles de Rimbaud sans malice ni moquerie. En fait, les derniers mots de Rimbaud à son égard eurent un effet profond sur la vision que Chûya avait de la vie et de lui-même. Il reçut ensuite le chapeau de Rimbaud comme cadeau d'entrée à la Mafia Portuaire et en pris bien soin.

Après qu'Osamu Dazai ait "tué par pitié" l'ennemi, seulement pour tirer et rire à plusieurs reprises du cadavre, Chûya lui exigea d'arrêter, ne voyant aucun sens aux actions de Dazai. La rancune de Chûya contre Ango Sakaguchi ne l’empêche pas de reconnaître le fait qu’il doit une faveur à cet homme et s’abstient donc de contrarier Ango (et, par conséquent, sa subordonnée Mizuki Tsujimura) jusqu’à ce qu’il puisse rembourser sa dette.

Tout comme Chûya a pris ses responsabilités en défendant le bien-être du groupe des Brebis de ses ennemis, cela est vrai pour sa loyauté et son dévouement pour la Mafia Portuaire après son adhésion au sein de l'organisation. Aussi raisonnable qu'il puisse être, sa priorité numéro un est la prospérité et le bien-être de la Mafia Portuaire. Rien ne l'empêchera donc de s'acquitter de ses responsabilités de dirigeant, même au prix de la vie d'autrui. Féroce dans sa loyauté, Chûya trouve la trahison intolérable et traite assez bien ses subordonnés.

Dans le passé, Chûya a beaucoup lutté avec son identité et sa place dans l'humanité. Sa relation avec Arahabaki finissait par le questionner sur son humanité, aggravée par le fait de ne pas savoir la vérité sur la raison pour laquelle il avait été libéré de la possession du gouvernement. Bien que sa force réside dans ses capacités, la prise de conscience des effets d'un dieu sur lui l'a laissé comme s'il ne ressentait ni inquiétude ni peur dans un combat, sachant qu'il gagnerait probablement sans égratignure. Il attribue cela à un être (inhumain dans son esprit) et donc incapable de comprendre la profondeur de telles émotions.

Afin de se sentir plus sobre, il a préféré donner des coups de pied plutôt que des coups de poings, sans même retirer ses gants. Il a pensé que s’il arrivait à une bagarre où il devait retirer ses gants, c’est parce qu’il ne pouvait plus profiter de la précipitation d’une bataille et qu’il avait véritablement besoin de se défendre, en d’autres termes, se sentir attaché à la vie qu’il vivait, même si il se sentait comme une âme étrangère dans une coquille, plutôt que comme un être humain. Cela reste vrai, Chûya ne retire ses gants que lorsqu'il utilise la corruption dans des moments difficiles.

Après que Rimbaud ait développé ses propres croyances sur l'humanité, Chûya a un peu changé d'avis, prenant sa vie un peu plus au sérieux. La trahison d'un membre des Brebis l'a beaucoup affecté, parallèlement à l'implication directe de la Mafia Portuaire dans la découverte de la vérité de ses origines, mais a finalement conduit à sa loyauté envers eux. La volonté d’en apprendre davantage sur lui-même a largement contribué à sa progression, bien plus rapidement que prévu.

La chute ultime de Chûya est son profond dédain et sa haine pour Dazai. Les deux ne s'entendirent jamais, Chûya détestant instantanément la personnalité stratégique sournoise et déformée de Dazai. Celui-ci a toujours fait de son mieux pour déshumaniser et ridiculiser Chûya, attaquant constamment son orgueil et conduisant même les Brebis à l'abandonner et à le trahir dans le passé. Même à présent, la moindre insulte de Dazai mettra Chûya sur une tangente, tirant pleinement parti de son tempérament rapide et de son orgueil. Cela permet de distraire facilement Chûya des tâches à accomplir. Néanmoins, dans la nature du Double Noir, Chûya reconnaît le rôle de Dazai en tant que tacticien, accordant une confiance minimale en sachant au moins que Dazai sait comment surmonter efficacement une situation.

Pouvoirs

Tristesse souillée
Manipule les vecteurs et la puissance de la gravité de tout ce qu'il touche.
  Tome 06  

Son pouvoir, Tristesse souillée (汚れっちまった悲しみに, Yogorecchimatta Kanashimi ni), est centré la manipulation de la gravité, lui permettant de contrôler, faire des gravitons, ainsi que de modifier la gravité de tout ce qu'il touche. Il est également capable de se tenir debout et de marcher à l'envers depuis le plafond.

Contamination (汚濁, Ojoku) est la véritable forme du pouvoir de Chûya et est extrêmement dangereuse. Il est activé par ces paroles :

汝、陰鬱なる汚濁の許容よ、
Ô toi, contamination mélancolique et sombre,
更めてわれを目覚ますことなかれ
Laisse-moi faire à nouveau mon apparition ici-bas.

Cette capacité lui permet de manipuler les gravitons de son environnement. En augmentant sa propre densité, il est capable d'écraser un réservoir à mains nues. Il est également capable de tirer des balles de gravité compressée qui agissent comme des trous noirs qui avalent n'importe quoi. Cependant, il n'a pas le contrôle sur la véritable forme de sa capacité : il continuera alors à évoluer dans cet état jusqu’à sa mort si sa capacité n'est pas annulée. La Contamination provient des origines de Chûya en tant qu'entité Arahabaki, un Dieu d'une immense puissance destructrice. Quand Chûya libère sa stabilité sur ces pouvoirs, la Contamination prend le relais, alors, Chûya revient essentiellement à sa vraie forme, sa nature incontrôlable qui n'existe que pour la destruction. Rendant hommage à ses propres philosophies, Chûya retire ses gants lors de l'activation de la Contamination.

Apparitions

Anecdotes

Références


Navigation

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA.